TEXTES

Citations, Réflexions, Poésies, Fictions, Critiques

Les bonnes choses sont convaincantes d'elles-mêmes.

Mots-clés :
  400 vues

Contes yvaltiens - Le pendentif yvaltien

Premier conte dans l'univers de la licence Visum, publiée sur www.visum-galaxy.com.

Mots-clés :
  791 vues

Les éclaireurs de la pensée humaine

Hommage à tous les philosophes qui ont fait de nombreux voyages spirituels et qui sont revenus pour nous partager leurs expériences.

Mots-clés :
  568 vues

Slay the Spire, une bonne pioche

J'ai découvert Slay the Spire quand il est sorti en accès anticipé en 2017. Au premier abord, on pourrait ne voir qu'un simple jeu aux graphismes épurés. Loin d'être beau, il a toutefois son charme et brille par son authenticité. Dès les premières parties, j'ai beaucoup accroché au concept. Il y a de très bonnes idées, du challenge, de l'humour et suffisamment de contenus pour passer de longues heures dessus. C'est un jeu indépendant très spécial qui mélange plusieurs genres : le rogue like, le jeu de cartes et possède aussi des particularités du jeu de rôle. Un ami me dit qu'il l'y joue en ce moment, alors, j'ai envie de m'y remettre. C'est parti, je le retélécharge sur mon compte Steam. Surpris à nouveau, je redécouvre complètement Slay the Spire, je retrouve ce plaisir que j'avais connu les premières fois. Qui-plus-est, c'est encore mieux avec toutes les mises à jour de ces dernières années. Le meilleur dans tout cela, les développeurs ont bien travaillé. Voilà qu'un 4ème personnage a été ajouté gratuitement au jeu de base, ajoutant encore plus de possibilités avec des nouvelles cartes. Pourquoi j'ai adoré ce jeu ? Pourquoi c'est une bonne pioche ?

  1184 vues

Les histoires du Centre Visum - Les représentants des Sages

Première nouvelle dans l'univers de la licence Visum, publiée sur www.visum-galaxy.com.

  889 vues

A force de mal employer les mots, on finira par croire que la conscience, c'est une science pour les cons.

Mots-clés :
  470 vues

Une erreur qui entache ma philosophie

Il y a une erreur importante que j'ai fait trop souvent dans ma vie : tenter de raisonner des gens qui n'étaient pas prêts à le faire. Dans ma jeunesse, j'étais terriblement maladroit pour faire partager mes idées. Quand j'entrais dans un débat musclé, je n'avais pas encore de bons arguments, j'avais que des sentiments et je peinais à les exprimer sans colère. J'avais beau avoir de bonnes questions sur la vie, je n'arrivais pas à les faire ressortir correctement. Le fond était plus ou moins juste, mais c'était la façon de parler qui n'allait pas et je manquais cruellement de sagesse. J'en ai enchaîné des échanges stériles dans ma deuxième décennie. J'ai beau avoir évolué depuis, pourtant, il m'arrive de refaire la même erreur quand je me sens mal.

  737 vues

Certaines personnes gardent les portes closes, ferment souvent des fenêtres et pensent ainsi ne laisser passer aucun courant d'air. C'est pour cela que plus aucun rayon de soleil ne peut se frayer un chemin jusqu'à elles.

  384 vues

Les bases d'une idée

Se poser les bonnes questions, être l'auteur de ses propres idées.

  494 vues

L'avantage avec le temps, c'est qu'il portera avec lui l'histoire. Même si la vérité est bafouée chaque jour, que l'on en oublie notre humanité, elle demeurera toujours enfouie dans l'essence vitale des enfants qui naîtront demain. Ainsi d'autres jugeront cette sombre époque où l'économie avait plus de valeur que la santé des êtres vivants, où régnaient les fous et les tyrans.

  454 vues

Je suis un produit de 1990

2 020, cette année je vais fêter mes 30 ans. Après ces 3 décennies, je reste malgré tout encore fidèle à l'époque où je suis né. Dans mon enfance, je connaissais encore ces rues pleines de vie, où l'on allait s'amuser avec les copains dans la nature, où l'on découvrait avec émerveillement les derniers jeux vidéo de salon… Nous avions une famille, il y avait du bonheur dans l'air, des traditions, le respect de nos anciens. Peu importe d'où l'on venait, quand nous étions petits, nous étions tous amis à l'école. A Baho, mon petit village près de Perpignan, les différences importaient peu et à chaque fête d'anniversaire nous étions nombreux. On pouvait encore parler catalan sans en avoir honte, danser la sardane et partager de bonnes cargolades après les vendanges. Tout le monde se connaissait à Baho, c'était une belle petite communauté de quelques milliers d'habitants. Rien n'était parfait, mais nous étions biens malgré tout. Malheureusement, ma génération a connu une transition qui a mis fin à une époque qui avait préservé encore quelques valeurs. Après nos 10 ans, il y a eu une fracture immense. En l'an 2 000, nous pensions que le futur était beau, grand, magistral. Puis un jour nous nous sommes réveillés la tête engourdie dans "le meilleur des mondes", celui que l'on ne pouvait plus contester, celui qui allait peu à peu détruire tous nos rêves. Ma génération s'est perdue, entre le monde d'avant et celui de maintenant, comme si le nouveau millénaire l'avait absorbé. Alors de mon point de vue, j'aimerai vous partager mes réflexions sur ce cru de 1 990 à travers ce que j'ai vécu.

Mots-clés :
  727 vues

Je me laisse le droit d’être à gauche.

  490 vues

Ce monde appartient désormais entièrement aux fous. Déposons les armes de notre raison, la guerre est finie pour nous.

Mots-clés :
  490 vues

Je t'ai aimé le court d'un instant

Mots-clés :
  662 vues

On se demande souvent les uns les autres ce que l'on fait dans la vie, comme si notre travail résumait tout. On devrait plutôt se questionner sur ce que l'on voudrait en faire de sa vie.

Mots-clés :
  454 vues

L'intelligence d'aujourd'hui, c'est de devenir le meilleur des idiots. C'est la seule façon de gagner sa place dans l'idiocratie.

  443 vues

Rimworld, un autre monde

Etant donné que le jeu vidéo Rimworld m'a accroché pendant un bon moment, je lui devais bien quelques heures pour écrire un article sur lui. Je jouais pendant des journées entières tellement j'aimais l'univers que me proposaient les auteurs de Rimworld. Le choix de la direction artistique est particulière, comme le jeu Prison Architect, il faut outrepasser le côté simpliste des designs et regarder surtout les mécanismes de jeu. Au-delà de la construction d'une colonie sur un monde complexe, il y a toute la gestion des colons et cette envie permanente de les faire progresser. De plus, les nombreux dangers qui guettent nos petits bonhommes retardent parfois nos projets d'expansion et cela offre souvent des combats épiques. Selon la difficulté choisie, on jongle régulièrement entre des phases de prospérité et des moments difficiles à redresser. Les possibilités sont incroyables, sans parler des ajouts supplémentaires proposés par la communauté des moddeurs. C'est plaisant de voir toutes ces choses qu'il est bon à maîtriser, tous ces objets qui peuvent être créés, toutes ces façons de rendre heureux ou non nos colons… Vous aimez la gestion ? Vous aimez vivre une aventure ? Vous adorez construire ? Avec Rimworld vous êtes servis ! 

  1194 vues

En soit, la masturbation est peut-être la meilleure façon de se prendre en main.

  383 vues

Dans l'idéal, pour monter un bon projet, mieux vaut savoir leader et avoir de l'idée.

  366 vues

Le comble quand je donne le meilleur de moi aux autres, c'est que je reste entier.

Mots-clés :
  400 vues